Questions fréquentes

Qu'est-ce que le langage facile ou FALC?

FALC veut dire : facile à lire et à comprendre.
C’est le même terme que langage facile.

La langue facile est un langage très clair avec des règles spéciales.
Des personnes ayant des difficultés d’apprentissage en Europe ont travaillé sur les règles.
Les règles s’appliquent à de nombreuses langues.
Certaines de ces règles s’appliquent également au langage simple.
Par exemple: des phrases courtes, des mots simples et connus.
Mais le langage facile va encore plus loin.
Une phrase comporte environ 10 mots.

La manière dont les textes sont conçus est importante.
La police de caractères est plus grande.

Une nouvelle ligne commence après la fin d’une phrase.
Le texte est généralement accompagné d’images.

Le langage facile ne concerne pas seulement les textes,
mais aussi la façon dont les gens se parlent entre eux.
Ou comment quelque chose est expliqué dans une vidéo.

Il est important que les textes, les images ou les vidéos soient vérifiés par le groupe cible.
Dans ce cas, il s’agit de personnes avec des difficultés d’apprentissage.
Klaro travaille avec le personnel des ateliers d’inclusion de l’APEMH.
En fonction de cela, il y a aussi des différences dans la langue facile.
Certains textes ne peuvent être simplifiés que dans une certaine mesure.
Par exemple, le contenu juridique.

Quelle est la différence entre langage facile et langage simple ?

Des phrases courtes et des mots simples et familiers sont également utilisés ici.
Il y a moins d’explications et moins d’images.
Les phrases comportent environ 15 mots.
La mise en page du texte ne va pas aussi loin que le langage facile.
Après la fin d’une phrase, vous ne passez pas nécessairement à une nouvelle ligne.
Il est toujours bon que quelqu’un relise le texte.
Mais ce n’est pas nécessairement le groupe cible ici.

Pourquoi le langage facile est-il important ?

Tout le monde devrait être capable de bien comprendre les informations importantes.
Une personne informée peut prendre de meilleures décisions pour elle-même.

Mais beaucoup d’informations sont difficiles à comprendre.
Par exemple : lettres, lois, conversations…
C’est pourquoi il devrait y en avoir plus dans un langage clair.
Un langue claire et facile est bon pour beaucoup de gens.

Pourquoi le langage simple ne suffit-il pas ?

Le langage simple s’adresse aux personnes qui savent lire
mais ne peuvent pas comprendre le langage technique.
Par exemple : textes scientifiques, textes administratifs.
Un langage simple reste généralement trop difficile pour les personnes avec des difficultés d’apprentissage.
Les textes se lisent moins bien car les sections sont plus longues.
Les explications sont souvent insuffisantes.

Quelles sont les langues utilisées au Luxembourg ?

Les textes en langage facile sont rédigés en allemand, en français et dans d’autres langues.
Nous n’écrivons pas en luxembourgeois : c’est difficile à lire.

L’allemand est la langue écrite avec laquelle les enfants apprennent à lire et à écrire dans les écoles luxembourgeoises.
Le luxembourgeois écrit ne correspond pas nécessairement à ce qui est parlé dans une région.

Important : lorsqu’il s’agit d’une version audio, par exemple une vidéo, le luxembourgeois doit également être parlé.
Dans ce cas, les sous-titres sont en allemand et, si nécessaire, également en français.

Comment dois-je procéder si je veux faire plusieurs langues ?

J’ai un original français.
Mais j’ai besoin de l’allemand et du français en langue facile.
Comment dois-je procéder ?

Vous pouvez d’abord transférer l’original dans une langue.
Le choix de la langue dépend en grande partie de celle qui vous convient le mieux.
Dans quelle langue pouvez-vous expliquer quelque chose oralement plus facilement ?
Bien sûr, vous devez créer une nouvelle structure en fonction de cela,
voir ce qui est en trop ou ce qui manque dans l’explication.
Parce que la version en langue facile a souvent une structure différente de l’original,
qui est plus claire pour le groupe cible.
Il peut s’agir également d’un résumé.

Il faut ensuite vérifier cette version facile à lire par le groupe cible (usagers).
Vous pouvez ensuite faire traduire cette version dans une autre langue.
Mais il devrait toujours y avoir un contrôle intermédiaire,
et si possible un contrôle de la deuxième langue par les usagers.

Parfois, le contrôle de la deuxième langue ne porte que sur des sections individuelles.
Après tout, on a déjà testé dans la première langue si la structure est bonne
et si les explications sont suffisantes.

Quand dois-je contacter Klaro pour ma version
en langue facile ?

Nous avons seulement un budget pour l’original maintenant.
Nous allons faire le langage facile après.
Est-ce que ça a un sens de planifier maintenant ?

Oui, absolument.
Vous devez réfléchir dès le début au concept de la langue facile.
Le meilleur moment est celui où le concept de la version « difficile » est en cours d’élaboration.
Ensuite, les deux peuvent être envisagés avec la société de graphisme et les rédacteurs.
En outre, il convient d’examiner quels formats devraient être disponibles maintenant ou plus tard : imprimés, audiovisuels…

L’original en langue « difficile » peut déjà être élaboré de manière à ce qu’il soit plus facile d’en faire une autre version par la suite.
Dans le sens d’une conception pour tous.
Les photos peuvent être conservées si elles sont pensées dès le départ, qu’il y aura une version LS.
C’est-à-dire si l’on choisit des images faciles à comprendre.

On peut également prévoir la division des chapitres, le choix des couleurs, le dictionnaire, etc.